Si vous ne réussissez pas à lire les vidéos, téléchargez le plugin Flash

Le cinéma algérien en liberté d’Ahmed Zir, Projection et débat

Dans le cadre des Rencontres Internationales des 25es Instants Vidéo Le DIMANCHE 11 NOVEMBRE 2012 à 16h

FRICHE LA BELLE DE MAI 41 rue Jobin, 13003 Marseille

Ahmed Zir, depuis 1979, tourne et projette ses films en super 8. Circuit-Court s’est associé à Cinémémoire pour rendre ses films accessibles au grand public, en les restaurant, en les numérisant et en éditant un DVD. Le public pourra ainsi découvrir les œuvres de ce chef de file d’un cinéma expérimental méconnu des cinéphiles occidentaux. En cette période d’après "révolutions" arabes, c’est le moyen de découvrir une vision inconnue et unique de la société algérienne.

Présentation de quelques films du DVD : Illusion (1983, 2’27) ; La chaîne (1987, 1’11) ; Apocalypse Tomorrow (1982, 8’20) ; Retro Satana (1983, 6’56) ; Infomania (1982, 4’49) ; La charité SVP (1990, 0’46) ; Insurgés (1986, 3’33) ; Le pâtre de l’ordre (1983, 5’06) ; Oh Cœur ! (1987, 1’04) ; Images, passions, Histoire (2010, 11’16) ; Exprès 1986, 0’27).

À propos d’Ahmed Zir, à la fin d’un article de Serge Daney (« Des hauts et débats à Annaba ») paru dans le journal Libération (5 mai 1986). Après avoir décrit la situation problématique du cinéma algérien officiel, Daney trouve en Zir (et le cinéma amateur qui tourne en Super 8 quand il trouve de la pellicule), une lueur d’espoir : « À Annaba, on pouvait ainsi rencontrer, seul et digne, Ahmed Zir, l’un des cinéastes amateurs vedettes, déjà couvert de récompenses, auteur complet d’une vingtaine de films allant de 2 à 20 minutes. Zir affirme en souriant ne rien comprendre au cinéma algérien actuel et, même s’il se pense comme un futur vrai cinéaste, il préfère rester amateur pour l’instant. Ses films coûtent le moins cher possible, sont donc très pensés, très conceptuels, avec un aspect clip et cette inventivité obligée qui est le propre du cinéma amateur. Zir, prof de sciences naturelles à El-Eulma, près de Sétif, est devenu ambassadeur du cinéma amateur algérien dans le monde. On sent qu’il ne cesse d’apprendre et que ça le réjouit. »

17h Rencontre avec Ahmed Zir, Claude Bossion (Circuit Court), Marc Mercier (Instants Vidéo) et des réalisateurs du festival.

Que veut dire être un artiste indépendant dans un contexte de mondialisation économique et culturelle ? Comment créer un mouvement international de libération des images (MILI) ? Comment soutenir les artistes et les publics non-alignés sur les critères du marché ? Comment soutenir les artistes et les publics non-alignés sur les critères des polices des mœurs religieuses ou laïques ?

"L’art vidéo est l’art du métissage, de l’impureté, de l’hybridation, du mélange des formes, des disciplines artistiques, des technologies. C’est une formidable école pour tous ceux qui veulent expérimenter des dynamiques de relations délivrées de toutes formes de possession, de domination. « C’est la diversité seule qui triomphe des Empires » (Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau)." Extrait du texte de présentation de la journée du dimanche 11 novembre : LES COLONIES NE SONT PAS EN VACANCES ! VIVE LES INDÉPENDANCES ! Téléchargez le programme complet du festival>

Mise à jour: dimanche 11 novembre 2012